LA POGNE A TRAVERS LES SIECLES


La Pogne est donc une spécialité régionale dont l’origine remonte jusqu’au Moyen-Âge, et sa définition varie selon les époques et le lieu de fabrication (tantôt tourte, tantôt brioche en forme de couronne et aromatisée à la fleur d’oranger).

Très tôt, elle apparaît très vite comme le gâteau de Pâques et devient une tradition incontournable. Fontvieille rapporte qu’en 1571, permission est donnée aux boulangers de faire pour le dimanche de Pâques Fleuries (Rameaux) des « pognes » que les fidèles attachent aux rameaux apportés à l’église. Elle est également très présente pour l’Epiphanie, bien avant la galette. Au 19ème siècle, Romans devient le fer de lance de la pogne et la fait connaître dans la France entière et même au-delà.

C’est ainsi que la pogne, prend place, sous la forme que nous lui connaissons aujourd’hui (sorte de brioche au levain parfumée à la fleur d’oranger) avec les autres spécialités locales (ravioles, caillettes, picodon, St Marcellin) pour toutes les « grandes » occasions : fêtes de famille, repas, fêtes, mariages, baptêmes….. Le Saint-Genix, (pogne avec des pralines) est une invention plus récente.

Ces deux spécialités sont devenues maintenant des produits que l’on consomme toute l’année sans attendre les grandes occasions.

LA FAMILLE RONJAT

A l’origine, les boulangeries n’existaient pas, la plupart des habitants faisaient leur pain à la maison. Peu à peu apparurent les fours communaux où l’on amenait sa pâte préalablement préparée et le préposé au four la faisait cuire moyennant finance. C’est ainsi que les Ronjat ont commencé. Puis au 18ème siècle, Antoine Ronjat, devient le premier véritable boulanger de la famille et acquiert, avec son épouse, Marie Moulin, la concession des privilèges attachés au « Pain des Pénitents » et au « Pain des Donnes », que la commune distribuait aux malheureux à l’issue d’une messe (tradition abandonnée en 1914).

Depuis lors, et sans interruption, un fils Ronjat a toujours repris le flambeau et a continué à faire vivre la tradition dans le même fournil qu’à l’origine. Louis, aux environs de 1900, transforma le vieux fournil et ouvrit la première boutique. Son fils achète en 1925 une Renault qui va remplacer la charrette qui servait à faire les livraisons et les tournées (voir Photos de Famille). Il y a une dizaine d’années, Léonce et Rosemarie ont passé la main à leurs enfants, Michèle, Philippe et Catherine. Le nom des Ronjat se perpétue : Emile, le fils de Philippe, né en 2001, hésite encore sur son avenir professionnel… mais sait déjà « bouler » une pogne. Bon sang ne saurait mentir !

La Pogne « Ronjat » se différencie de la « Pogne de Romans » par sa recette (brevetée par Louis en 1910), sa légèreté et sa forme particulière. Véritable institution régionale, la Boulangerie Ronjat perpétue, chaque jour, depuis 8 générations, la tradition, animée par l’amour du terroir et des bons produits.

   
Retour